Table Ronde sur la protection des majeurs au tribunal judiciaire de Guéret  à l’occasion de la journée nationale de l’Accès aux Droits

 
 
Le 24 mai 2024, le Conseil départemental de l’accès au Droit de la Creuse a proposé à un public de professionnels une conférence sur la protection des majeurs, afin de marquer la journée nationale de l’accès au droit.  Avec 2300 dossiers ouverts auprès du tribunal judiciaire et 350 nouvelles mesures par an, ce sujet apparaît d’une importance déterminante dans le département de la Creuse et ses habitants. 

Madame CAVILLON, juge des contentieux de la protection, a d’abord présenté les différentes mesures de protection des majeurs prévues par la loi : la sauvegarde, la curatelle, la tutelle, l’habilitation familiale. Elle a répondu, avec les autres intervenants, aux questions concernant le financement des certificats médicaux et les mainlevées des mesures. 

Madame GUILLOT, greffière, a complété son propos en fournissant des détails sur le mandat de protection future, sur la manière de le rédiger et sur le moment de l’activer. 

Le docteur RIPP, médecin spécialisé, a expliqué quel était le contenu du certificat médical exigé pour l’ouverture d’une mesure de protection. Il a développé quelques commentaires sur les pathologies, troubles ou handicaps auxquels il est le plus fréquemment exposé et qui peuvent justifier une mesure. 

Maître ROUSSEAU, avocat au barreau de la Creuse, est intervenu ensuite pour mettre en exergue la délicatesse du rôle de l’avocat dans une telle mesure. En effet, dans sa démarche de conseiller et représentant des intérêts de la personne faisant l’objet d’une mesure de protection, l’avocat peut être tenaillé entre le mandat que lui donne un client qui refuse la mesure et l’état de santé qu’il constate lui-même. 

Mme GAY, mandataire judiciaire auprès de l’A.E.C.J.F., a expliqué comment elle prenait en charge les mesures au moment de l’ouverture et ses rapports avec les protégés pendant tout le déroulement de la mesure.  M. BLERON, mandataire judiciaire a titre privé, a quant à lui insisté sur les démarches à réaliser auprès des établissements bancaires dès l’ouverture des mesures pour se prémunir rapidement des détournements de fonds. 

Il est ressorti de ces échanges que tous les intervenants s’efforçaient de réaliser un accompagnement le plus humain possible pour construire une relation de confiance avec les majeurs protégés et agir dans leur intérêt en cherchant à préserver autant que possible leur dignité et leur autonomie. 

 Plus d’information sur les mesures de protection des majeurs : Tutelle, curatelle, sauvegarde de justice : quelles différences ? | Service-Public.fr   ou contacter le CDAD de la Creuse